Les pronostics sportifs gratuits du jour oddslot Pronostic Sportif Professionnel

Le blog des tendances retail

Pop Up Truffaut 3 E1559631145153

Post corona : retrouver des plaisirs simples

0

Fondatrice de l’agence de global merchandising Good2Know, Hélène Lafourcade ausculte en permanence le marché du retail et les tendances émergentes. La crise sanitaire actuelle renforce ce qu’elle prône depuis des années : pour s’en sortir, le commerce doit remettre de l’humain et des valeurs au cœur de son offre.

 

– Comment envisagez-vous la situation du retail après la fin du confinement due au Covid-19 ? Est-ce une révolution ?

Hélène Lafourcade : Je parlerai plutôt d’une évolution qui va s’accélérer, car personne n’avait anticipé une crise de cette ampleur et ce bouleversement dans nos vies quotidiennes. En revanche, cela fait un moment que je détecte les signaux qui vont se renforcer dans les mois et les années à venir, et que j’alerte mes clients là-dessus. Il s’agit principalement pour les marques de s’engager résolument dans une démarche citoyenne et durable, tout en maintenant un lien très fort avec leurs clients.

Très clairement, je pense que les chaînes qui ouvraient des magasins un peu partout ne vont pas tenir. Des points de vente vont fermer et l’offre va se resserrer autour de quelques boutiques pointues, centrées sur l’expérience utilisateur et sur un mix intelligent entre le digital et l’accueil physique. D’autant que la période de confinement aura accéléré la progression au e-commerce.

– Qu’est-ce qu’une expérience utilisateur réussie, pour vous ?

H.L. Les enseignes doivent réenchanter le commerce. Bien plus qu’un simple point de vente, le magasin devient un lieu de rencontre entre une marque et son client, un lieu d’émotion, de sensibilité, de plaisir. Le commerce n’est pas mort, mais le commerce ennuyeux va disparaître. Actuellement toutes les enseignes retail travaillent sur cette tendance. S’ils n’achètent pas en ligne, les consommateurs qui se déplacent en magasin veulent vivre un moment agréable, si possible chargé de sens. C’est aux marques d’organiser cette expérience unique, dont le client se souviendra. Plus que jamais, il est incontournable d’affirmer son ADN de marque, son storytelling et sa différenciation.

mode plus verteCela va de pair avec l’aspiration des clients qui souhaitent consommer plus responsable. Dans le prêt-à-porter, c’est flagrant. Pointée du doigt pour la pollution et le gaspillage qu’elle engendre, l’industrie de la mode adopte désormais une démarche plus vertueuse. Production à la demande, matières premières plus écologiques, promotion du recyclage et du « second hand »… les initiatives se multiplient pour répondre à la pression du public et montrer concrètement un engagement sincère.

– De nombreuses actions solidaires ont vu le jour pendant la crise du Covid-19. Sur quoi vont-elles déboucher d’après vous ?

H.L. C’est vrai que voir des milliers de gens applaudir les soignants de leur balcon tous les soirs à 20 h, c’est incroyable. Que ce soit les marques nationales ou les commerces de proximité, beaucoup se sont mobilisés à leur niveau. Bravo aux supermarchés qui ont aménagé des horaires dédiés pour les seniors, aux industriels qui ont modifié leurs lignes de production pour fournir des masques ou du gel hydroalcoolique, aux restaurateurs qui ont livré des paniers repas dans les hôpitaux, ou aux opérateurs qui ont mis des contenus gratuitement à disposition de tous pour faciliter le confinement !

À mon avis, nous allons collectivement nous tourner vers la slow-life et la proximité. Se concentrer sur l’essentiel, prendre du temps, et retrouver aussi le plaisir de faire ses achats dans les commerces de son quartier, près de chez soi.

– Certains secteurs vont-ils plus profiter de cette tendance ?

pop up TruffautH.L. Oui, je pense que le retail autour de la maison va bien repartir. La notion de cooconing, inventée dans les années 80, va ressurgir encore plus fortement. Décorer son lieu de vie, aménager son jardin, cultiver ses propres légumes sur sa terrasse… même si nous serons contents de sortir de chez nous à la fin du confinement, le logement restera une valeur-refuge où il fait bon vivre. D’autant que le télétravail aura fait ses preuves et que de nombreux salariés voudront maintenir ce confort un ou deux jours par semaine. Moins de temps passé dans les transports, moins de frais de déplacements, plus de souplesse dans l’organisation personnelle et professionnelle… le foyer va devenir central, où l’on s’aménage une vie agréable avec ses proches.

 

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Séduire, innover et rentabiliser votre point de vente